En mars 2015, les élections départementales étaient-elles bien opportunes ?

Vivement le XXIème siècle !

Vivement le XXIème siècle !

Était-il bien opportun de différer en mars 2015 des élections départementales prévues initialement en 2014, alors que l’examen parlementaire du projet de loi dit « Nouvelle Organisation du Territoire de la REpublique » va se poursuivre jusqu’à l’été ? Quelle calamiteuse gestion des agendas électoraux et parlementaires ! Ne compromet-on pas encore une fois l’impérieux besoin de redéfinir le rôle des trop nombreux échelons et collectivités territoriales dont même des élus mélangent allègrement les organisations et les compétences aujourd’hui ? Les élections des conseillers régionaux, Rhône-Alpes-Auvergne pour ce qui nous concernent, programmées en décembre 2015 seulement, ne méritent-elles pas autant de priorité ?

Lire la suite

Territoires et Département 38 en 2015 : questions aux candidats

Les cantons dans le nord du département

Les cantons dans le nord du département

Vous êtes candidat aux élections départementales, en particulier dans les cantons de Bourgoin-Jallieu, l’Isle d’Abeau et La Verpillière, qui vont se dérouler les 22 & 29 mars prochains.

Paradoxalement la campagne officielle pour les élections départementales s’ouvre le 9 mars, alors que le projet de loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la république) se poursuit au parlement jusqu’à l’été. Ces incertitudes quant aux compétences publiques et à qui il reviendra de les exercer renforcent évidemment les postures politiques, l’abstention et le poids relatif du FN.

Mais ici en Rhône-Alpes-Auvergne,  pouvez-vous au moins nous indiquer positivement le sens de votre candidature, donc votre point de vue sur l’avenir  du département 38, celui de tous ces territoires et échelons politiques ou administratifs qui le composent ou qu’il partage, au travers des  quelques interrogations qui suivent :

Lire la suite

Nos territoires, entre compromis, nécessité et raison

Quel paradoxe que ces élections départementales qui vont se dérouler fin mars, avant celles des nouvelles régions, dont les candidats commencent à présenter leurs ambitions cantonales et départementales, avant que soient clairement précisées les compétences des régions et des collectives, donc des départements eux-mêmes,  et cela pas avant quelques mois encore [1] ! L’argument constitutionnel invoqué pour ce calendrier n’est guère raisonnable en fait, même si, en droit ces élections ne devaient pas être à nouveau différées !

En effet, commune, intercommunalité, département, région, état, c’est à chacun ses territoires, avec des répartitions mais aussi des recouvrements de compétences (développement économique, transports, action sociale, culture, loisirs, etc.).

Dans ce flou, n’est-ce pas une sorte de carte blanche qui nous est demandée de donner aux futurs élus départementaux des élections cantonales de fin mars : Au nom de leur toute fraiche légitimité, vont-ils peser sur la rationalisation de nos territoires de vie ? voudront-ils renforcer le niveau départemental, fusse contre toute rationalité ou efficience ? On aimerait qu’ils invitent à la réflexion dès maintenant, sur ces questions aussi, particulièrement d’actualité malgré la discrétion dont elles sont l’objet.

Concrètement, et particulièrement dans le nord38, combien d’intercommunalités tardent à mieux se structurer ensembles; comme si aménagement et égalité des territoires n’étaient pas interdépendants; comme si le pôle métropolitain lyonnais ne bousculait pas déjà nos cartes administratives et géographiques, par ex. avec le développement de la « plaine de St-Exupéry », comme si l’on pouvait aujourd’hui être candidat aux cantonales sans être clair sur l’avenir de notre région !

Lire la suite