A propos

Qui sommes-nous donc ? Qui-suis-je ?

Osons penser le monde, même simple citoyen !

Tant de points de vue si étroits

Nous voilà inquiets de notre avenir et de nos horizons de crise, politique, écologique, sociale ou économique, de notre nombre même avec ces guerres et ces migrations qui s’enchaînent toujours et de notre planète que nous épuisons et que nous réchauffons dangereusement.

En même temps, nous continuellement de nous croire individuellement uniques, intrinsèquement singuliers ou créés comme tels, comme si nous pouvions exister pareil à nous-mêmes, aujourd’hui, hier fusse la préhistoire ou demain;  définis, faute d’un recours divin, par nos ADN particuliers, dont nous savons pourtant qu’il ne suffirait pas de les cloner pour reprendre vie à travers un double de nous-mêmes. Nous nous auto-justifions même à plusieurs, par petits collectifs, familles, classes ou nations pour exhumer dans le passé le plus proche, des racines, des droits, des singularités intrinsèques, brefs des motifs qui nous font natifs ou étrangers les uns aux autres, des solidarités à géométries variables !

Dieu est mort a-t-on écrit au XXème siècle. La laïcité ne nie d’ailleurs surtout pas sa possibilité et reconnait le droit d’y croire ou pas sous une forme ou une autre. Mais, nous n’arrêtons pas de ressusciter sans cesse des controverses dignes de « Valladolid » où il s’agissait de déterminer si les « sauvages » aussi avait une âme, donc si les conquêtes et l’esclavage étaient légitimes ou non, de conceptualiser,  aussi des « valeurs », des « histoires » ou des « cultures » singulières (tout de même ces gens-là ne peuvent être comme nous) et de tenter d’y croire.

Comme si nous n’étions pas d’abord, chacun depuis notre naissance et ensemble dans le présent et le futur que nous écrivons à notre tour, les héritiers et la résultantes de tant d’histoires et de cultures particulières, de tant d’évolutions et de croisements d’espèces vivantes, de tant de mutations de la matière, de tant de questions, de réponses et de nouvelles questions que nous devons nous poser, que nous pouvons d’autant mieux le faire que nous coopérons pour mieux comprendre et écrire l’avenir.

Pour des horizons de plus en plus vastes !

Il y a peu, nous nous pensions, humanité et nature ensemble, créés quelques milliers d’années plus tôt seulement; la voûte étoilée était notre seul horizon spatial, le temps une horloge immuable et fatale, le ciel une demeure divine. N’étions nous pas le top de la création, une espèce exceptionnelle, voire un peuples d’élus, appelés à dominer la terre et la nature, à ne jamais mourir !

Depuis, notre horizon, spatial mais aussi temporel, n’a cessé de s’élargir. Depuis la renaissance et bien avant encore nous avons parcouru le monde et ses limites, avec Galilée nous avons appris que la terre, avec nous dessus, n’était pas le centre de l’univers, que le soleil était plutôt le repère de son mouvement; avec Darwin nous avons appris que nous n’étions qu’une étape de l’évolution du vivant, ni ultime, ni meilleure que d’autres; avec Einstein temps, espace et gravité même sont relatifs, s’influencent et se propagent dans un univers immense… mais limité tout de même à environ 14 milliards d’années-lumière; avec Planck une limite nous est même apparue dans l’infiniment petit;  avec Stephan Awking et les astrophysiciens d’aujourd’hui, nous tentons de penser au-delà même de ces limites.

Sur notre planète même,  nous n’avons jamais été aussi nombreux avec une espérance moyenne de vie aussi longue, nous parvenons même à maîtriser l’énergie de la matière, nos codes génétiques, à mettre en réseau des milliards d’individus, à démultiplier ainsi nos connaissances, capacités, intelligences, perspectives.

Et Villefontaine dans tout cela ?

Réflexions à partager depuis Villefontaine, aux portes de Lyon sur la route des Alpes

Quel prétention pour un simple citoyen que ce remue-méninges me laisse-t-on entendre parfois ! Mais voilà aujourd’hui les partis ne sont plus des instances de réflexion, de grandes entreprises mondiales dans l’énergie, les communications, les réseaux et bien d’autres domaines encore, font pour nous des projets plus sûrement que nos états et institutions internationales, la connaissance, l’expertise, la recherche progressent ailleurs, dans les universités ou les laboratoires, et chacun se cherche, s’interroge quand il n’est pas enlisé dans le besoin et la gestion de sa précarité. Alors pourquoi borner notre regard recherche, nos réflexions, nos capacités à agir ensemble, à co-agir… donc à « cogiter », là où nous sommes ?

Par le passé et à une adresse internet différente, ce blog invitait à prendre du recul sur une actualité locale et il a en particulier contribuer à alimenter des débats lors des dernières municipales en 2014, depuis Villefontaine, à une trentaine de km de Lyon en direction de Grenoble et Chambéry, la Suisse et l’Italie. Au delà d’un quartier ou d’une commune, la perspective proposée s’étendait à l’est de Lyon et son aéroport, sur tout le nord du département 38 (Isère) bordé au nord et à l’ouest par le Rhône et séparé de la Savoie par le Guiers. Ce territoire est dénommé ici « Porte des Alpes« , sans identification particulière avec un échelon administratif reconnu, tant le mille-feuille institutionnel y est compliqué et sans cohérence avec les bassins de vie des habitants.

Mais allons plus loin. Osons à la fois philosopher, reconsidérer nos représentations et leurs instanciations, dans la vie sociale et politique d’un territoire, en particulier celui évoqué ci-dessus. Agissons sur notre environnement, expérimentons en fonction du lieu et du moment où nous pouvons le faire.

Aussi  les articles de ce blog sont désormais organisés selon des thématiques générales  ou catégories d’une part et des mots-clé qui les rattachent à un lieu ou un espace, mais aussi un temps entre passé et avenir d’autre part.

2013_11_03 Mt-Blanc depuis Villefontaine tvx pour tweeter-016
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.